Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

"Sympathies for the devil" de Thomas Day

433-DayLes Stones ils sont vieux comme moi, plus même, un peu. C’est-à-dire qu’on a une génération d’écart avec l’auteur quadra d'aujourd’hui. Mais quand ils chantent Wild Horses c’est bien de chevaux avec un h et non de morses avec un m dont ils parlent (page 225 de cette édition, on espère que la coquille ne date pas des éditions précédentes). 

Six nouvelles ou novellas, avec, comme d’hab’, à boire et à manger, à fumer et à sniffer, a s’affliger et à admirer, parce que l’auteur s’essaye à plusieurs genres ou styles et qu’on ne peut pas satisfaire tout le monde tout le temps.

Une forêt de cendres ne m’a pas plu, une fascination pour l’horreur et le gore, et un érotisme pas net, qu’on retrouvera comme une marque de fabrique tout au long des textes. J’ai bien aimé A l’heure du loup, avec même des morceaux de poésie à l’intérieur. L’Erreur m’a été illisible, décroché que j’étais après une dizaine de pages (ma méconnaissance d’Harlan Ellison, imagine-je). La mécanique des profondeurs est une histoire complètement improbable mais pleine de belles images. La notion de génocide nécessaire m’a beaucoup irrité par ses étalages de culture-confiote (les peuples nomades, la pantoufle de vair et pas de verre), par son « érotisme » à la fois porno mal assumé et déviances orientales (les couettes et les chaussettes blanches, qui fait pipi devant le monsieur) et par son histoire de couple d’une banalité hurlante. Tout ça pour arriver à une idée, jolie, mais complètement irréaliste aussi.

Quant à Démon aux yeux de lumière, c’est clairement une inspiration zelazniesque, enfin, pense-je. Malheureusement, je ne partage pas du tout le sens de l’humour de Thomas Day, fait de grossièretés et de vulgarité machiste, à prendre au second degré, bien sûr. Reste encore une belle image (celle de la couverture du FolioSF) et l’éternel message que, derrière le gore et la sexualité excessive ou tordue, il y a l’amour. Ach ! L’amour ! Toujours !

Tag(s) : #science-fiction- Planète SF

Partager cet article

Repost 0