Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

"Marionnettes humaines" de Robert Heinlein 

 

L’avantage d’êtremarionnettes-humaines.jpg vieux c’est qu’on peut relire un bouquin plus de quarante ans après sans en avoir gardé le moindre souvenir. Peut-être est-ce dû aussi à une certaine fatigue des neurones mal entretenus ?

Bref me voilà reparti dans ce roman qui date de 1951 – et il date vraiment, en 2007 on a conquis le système solaire et les Vénusiens sont sympas – mais repris par l’auteur et republié en 1990 (après sa mort). J’ai donc lu la dite édition intégrale (qui est plutôt une édition définitive) qui ressort en Folio SF.

Alors c’est sympathique sans être génial. C’est souvent lourdingue sur l’anti-communisme primaire (oui en 2007, date de l’invasion, il y a toujours un rideau de fer et des commissaires politiques qui tyrannisent les peuples russe, chinois et les autres autour). C’est parfois un peu macho mais en même temps rigolo et anti-puritain. En effet, les horribles larves (ou limaces dans la nouvelle traduction) qui contrôlent les humains se fixent dans le dos et tout le monde doit se mettre à poil pour distinguer les normaux des porteurs. Il parait qu’une fois tombé ce tabou de la pudeur il sera impossible de revenir en arrière. On retrouve donc aussi quelques obsessions de Heinlein, avec son mépris des bureaucrates et sa défense de la liberté individuelle.RF_25-copie-1.jpg

C’est l’histoire d’une invasion de la Terre par des saletés venues de Titan et un agent secret, le narrateur, va sauver les Etats-Unis, et donc le reste du monde, avec son courage,son astuce, sa femme rousse et son papa qui est aussi le grand chef des services secrets. C’est du niveau d’un bon Fleuve Noir Anticipation de la belle époque, quoique nettement plus long, un peu trop à mon goût.

Concernant la traduction il y a un truc particulièrement énervant c’est que venerian en anglais veut dire vénusien et non pas vénérien. Même si la racine Vénus est la même il est clair pour tout le monde chez les Grenouilles que les maladies vénériennes ne sont pas des maladies vénusiennes. J’ai vérifié dans mon Rayon Fantastique, c’est le nouveau traducteur qui fait le malin. D’ailleurs la traduction originelle d’Alain Glatigny pour Gallimard, qui, lui, traduisait venerian par vénusien, date de 1954 et pas de 1972 comme indiqué dans le Folio.

Tag(s) : #science-fiction- Planète SF

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :