Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

"Game of Thrones, saison 2" (2012), série créée d’après "Le Trône de Fer" de G.R.R. Martin, producteur exécutifgame-of-throne-saison-2.jpg

La première saison était correcte. Pas de quoi s’en relever la nuit, à mon humble, mais assez intéressante pour un non-lecteur de la saga interminable et pourtant curieux.

La seconde saison commence bien mal avec des scènes de cul parfaitement gratuites et des horreurs inutilement atroces. Il y a dû y avoir des retours parce que ces excès ont été gommés par la suite.

On continue à suivre de multiples lignes narratives (sept ou huit plus ou moins connectées). De nouveaux personnages font leur apparition mais avec bien peu d’évolution psychologique, surtout des combats, des razzia, des morts étêtés ou embrochés et beaucoup de coups tordus… et des romances. Ach l’amour, impossible, hors de sa condition, avec une pute, ou vache. Les moins antipathiques du lot restent les enfants de Stark, celui qui s’est fait décapiter, et Tyron le nain malin des Lannister.

Attention je spoile : Après le siège raté de la capitale, les choses restent en gros en l’état avec la petite ordure Geoffrey sur le trône de fer. La blonde du Sud a maintenant trois bébés dragons qui crachotent le feu et, au-delà du Mur, surgissent des zombies commandés par des drôles de types blanc tous ridés aux yeux bleus. Fini de spoiler (de se poiler on n’a pas commencé et ça ne risque pas d’arriver, hein !)

Le moins qu’on puisse dire c’est que le fantastique est réduit à la portion congrue et présent surtout dans l’épisode final. Globalement, le rythme d’avancée des choses est d’une lenteur extrême et c’est une série très bavarde. Heureusement qu’il y a plusieurs histoires en même temps.

Vous avez, j’en suis sûr, perçu mon manque d’enthousiasme pour ce truc ambitieux avec plein de beaux décors à couper le souffle, d’excellents comédiens et donc une débauche de moyens, mais que j’ai regardé plus par devoir de ne pas mourir inculte que par plaisir.

Je me dis (dit Henri à Bademoude) que, comme il n’y a ni questionnement ni fond, ce genre de divertissement moyenâgeux beau mais pas drôle n’est pas pour moi (et que donc, subséquemment, j’ai rudement bien fait de ne pas perdre des dizaines d’heures de lecture avec ce bouzin sans fin).

Tag(s) : #série télé

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :