Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

"La vie secrète et remarquable de Tink Puddah" de Nick Di Chariocouverture-26474-dichario-nick-la-vie-secrete-et-remarquabl.jpg

Je ne comprends pas comment on peut écrire (éditer, publier et traduire, et republier chez les Grenouilles, et reprendre en poche) ce genre de choses. Mais comme je ne comprends rien au goût moderne, cela ne peut que conforter les décideurs d’aujourd’hui.

Le livre commence très mal. Un couple ( ?) d’extra-terrestres, un truc symbiotique aquatique télépathique, débarque dans l’Amérique profonde et paumée de 1845 et se solidifie (pourquoi pas ?) sur notre planète en prenant l’aspect d’humains. C’est raconté avec force atomes d’oxygène, neurones, axones et autres mots prétendument savants pour faire hard SF ou crédible alors que l’auteur ne comprend pas grand-chose à ce qu’il écrit. C’est très pénible, même si vous n’avez que le BEPC. Les ET sont comme nous mais bleus et, hop, ils parlent anglais (what else ?) quand ils se font bouffer par des chiens. Mais leur progéniture née à douze ans (dans quel système ?) survit, récupéré par un grossier chasseur d’ours.

L’autre trame narrative commence au chapitre suivant avec la mort du susdit petit bonhomme bleu (non, ce n’est pas un Schtroumpf) qui a vécu jusqu’en 1860, en étant un gentil grave. Et on se cogne des pages et des pages de comment raisonne un cureton auto-proclamé du bled où ça se passe, parce que l’étranger ne croyait pas en Dieu. Franchement ? Qui peut être intéressé ? Alors j’arrête page 150 (quand même, on l’applaudit bien fort).

Pauvre de moi et pauvres de vous futurs lecteurs…

Tag(s) : #science-fiction- Planète SF

Partager cet article

Repost 0