Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

"Sherlock", saison 2 (2011), de Steven Moffat et Marc Gatiss.

sherlock-season-2.jpg

C’est bien parce que je me suis donné des règles à suivre que je ponds ce bifton, parce que je ne sais trop quoi penser ni donc vous dire de cette énième réinterprétation de Sherlock Holmes. J’avais hurlé de plaisir et d’enthousiasme l’année dernière pour la saison 1, je n’en ferai pas autant cette année. Moffat et son pote ont décidé de faire revivre le héros qui n’aime plus son chapeau et n’a plus de pipe – bienpensance et socialement correct  obligent -, mais est un autiste asperger (comme beaucoup dans les séries télé, de Bones à Big Bang), c’est-à-dire aujourd’hui synonyme d’intelligence supérieure alliée ou non à l’indifférence aux autres et au mépris de leur QI moyen.

Un Sherlock du XXIe, quoi, aussi balaise en biologie qu’en géologie ou en informatique (s’il y avait en plus la physique quantique et l’astrophysique, on aurait un auteur de SF). Les trois épisodes sont mis en scène comme des films modernes, avec un montage / découpage pénible pour les yeux et les oreilles de ceux qui n’appartiennent pas à la génération « perdue » des quadras-quinquas qui se prennent pour la génération Y. Avec un rythme bizarre où tout va trop vite puis beaucoup trop lentement.

Le téléphone portable est central, comme les divers bidouilles informatiques et les caméras qui enregistrent tout. Faut dire que nos voisins ennemis héréditaires préférés sont en avance sur nous dans le domaine du fichage absolu.

Les enquêtes sont vaguement de très loin adaptées de l’original (mais ma mémoire flanche) et surtout prétextes à des développements psychologiques sur l’absence de sexualité ou l’homosexualité ou la vraie fausse misogynie du Sherlock. J’avoue que ce n’est pas ce qui m’intéresse le plus dans une fiction, mais je dois faire partie d’une minorité.

Quant au dernier épisode, Watson nous explique comment son meilleur ami est mort, alors que bien sûr il ne l’est pas, mais vous attendrez un an et la saison 3 pour savoir comment. Moi ça m’énerve.

Vous voilà prévenus : faites-vous donc votre idée vous-mêmes. Cette série est grave à la mode et vous allez avoir l’air bête si vous ne l’avez pas vue.

Tag(s) : #série télé

Partager cet article

Repost 0