Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

"L’Astre de Vie" de Edmond Hamilton

Encore ? Oui, encore du space op’,images-copie-5 mais d’un maître de ce genre décrié, ringardisé, mais toujours renouvelé. Et devinez à qui il a dédié ce bouquin de 1959 ? À sa chère et tendre, Madame Leigh Brackett.

C’est l’histoire (impossible, bien sûr) d’un des premiers astronautes de la fin du XXe siècle qui se réveille sur Terre après avoir été congelé dans l’espace pendant dix mille ans. Les choses ont bien changé, les humains aussi et surtout. Les vulgaires pékins (traduction approximative de vulgus pecus) sont empêchés de devenir immortels par une caste supérieure. Forcément que le héros prend parti pour les rebelles, mais il se retrouve coincé entre la gentille brune fille du chef des révolutionnaires et la sublime blonde immortelle.

C’est vraiment du space op’ classique, avec des passages comme ça : « Hammond avait vu l’espace auparavant, les troupeaux d’étoiles marchant sans fin dans les prairies noires du ciel, compagnies étincelantes d’or ardent, de rouge fuligineux, de bleu ou de vert glacial, bannières traînantes de luminosité, labyrinthe de lumière si vaste qu’il était impossible d’imaginer chaque point lumineux comme un redoutable soleil bouillant de feu atomique, alors qu’avec ses planètes il plongeait dans l’infini. » Et il y a  de l’action, et une réflexion sur l’immortalité (moins bête que dans la littérature vampirique à trois euros cinquante).

Edmond est un vrai pro et il vous emmène là où vous n’auriez pas imaginé, pour une fin surprenante et mélancolique.

Je voulais vérifier, après la daube intersidérale citée il y a peu, si les autres bouquins de la collec’ « Science Fiction » de chez Albin Michel des années 70, dirigée par Georges H. Gallet et Jacques Bergier, avait publié du solide. Dont acte, et il y a aussi Henneberg, Vance, Williamson ou Dick au catalogue. Alors bon, pourquoi donc le double crétin précité ? Mystère et boule de gomme intergalactique.

 

P.S. : J’ai finalement assez peu glosé sur ce couple infernal d’ Edmond et  Leigh, mais un peu quand même. Cliquez, intrépides.

Tag(s) : #science-fiction- Planète SF

Partager cet article

Repost 0