Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

"Fringe, saison 3", créée par J.J. Abrams, Alex Kurtzman et Roberto Orci en 2008.

Fan je suis, et donc ma recension s’en ressentira.  Vous pouvez, c’est possible, retrouver le billet correspondant à la deuxième saison.

Fringe-Season31.jpg

Dans cette saison 3 on alterne les points de vue avec les univers, celui de Walter et celui de Walternate. L’autre, celui du Walternate maître des States (et donc de l’univers, on est sur la Fox) est dans un sale état avec des trous partout, des vortex qu’il convient de boucher avec de l’ambre, grâce à une Fringe division où une Olivia rousse aide à maintenir une population sous contrôle strict des autorités. Notre agent Dunham, la blonde de chez nous droguée dans sa jeunesse au cartoxipan de Walter et son pote, y fera un séjour difficile dont elle ressortira. Trop nombreux sont les fils sentimentaux et familiaux intriqués dans cette saison pour que je vous les raconte. Faites-vous donc votre propre idée et échafaudez-donc vos théories interprétatives personnelles.

En particulier sur ceux qui ont fabriqué la machine, celle qui a été entérrée en pièces détachées par le Peuple Premier, au paléozoïque, il y a 250 millions d’années, et que seul Peter fils de Walter peut activer, qui détruira le ou les univers. Non, mais qui peut croire un truc pareil ? La réponse se trouve dans le dernier épisode, grandiose et - vous l’aurez deviné zoupa - paradoxal.

Parce que, tant qu’à faire de la SF pas trop tarte, autant mettre le paquet. Les vortex dévastateurs ne seraient-ils pas tout simplement des trous de ver dans le tissu de notre espace-temps. Hein ?

Or donc, en fin de saison 3, non seulement on voyage entre les univers parallèles mais aussi, et les observateurs au crâne d’œuf nous le rappellent depuis le début, on voyage dans le Temps.

Enjoy, bienheureux qui allez découvrir ce qui est, avec le Doctor Who des Brittons, la meilleure série de SF en cours sur les étranges lucarnes. Et, à mon avis qui reste humble - ainsi est l’avis autorisé -, des acteurs bien meilleurs que chez les Anglois et une Anna Torv tout à fait extraordinaire dans le jeu et la beauté, intérieure comme extérieure.

Tag(s) : #série télé

Partager cet article

Repost 0