Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

"Transparences" de Ayerdhal

 

J’ai commencé ce bouquin, ai parcouru 100 à 150 pages à la vitesse d’un cheval au galop, une centaine b9782846260367.jpgeaucoup moins vite puis j’ai fini tranquillement.

J’ai un peu lu Ayerdhal ( Le Chant du Drille, Demain une Oasis,  Mytale) tous de beaux textes de pure SF selon ma définition. Là, on change de genre, c’est un thriller contemporain plein d’espions et de grandes oreilles informatiques, avec un drôle de héros criminologue qui tombe amoureux de la tueuse en série qu’il chasse.

L’écriture est vive, précise et belle.

Alors, faut aimer la psycho sous toutes ses formes, psychanalyse freudienne ou pas incluse, parce qu’il n’y a pas beaucoup d’action dans ce thriller. On trouve bien quelques beaux morceaux de bagarres meurtrières bien chorégraphiées à la japonaise, goûtus, mais pas assez par rapport aux longueurs dues au débobinage psycho-sociologique de chacune des phrases d’un dialogue.

L’héroïne est éminemment sympathique, belle, intelligente et dotée de pouvoirs. A l’instar du Tem de Roland C. Wagner, elle a le don de transparence, disparaissant des vidéos de surveillance et floutant les photos, sans compter son génie du déguisement. Pourtant, assez étrangement quand même pour moi mécréant, elle tombe amoureuse du chasseur, parce que lui a le don de séduction. Admettons.

Le thriller d’espionnage ce n’est pas ce que je préfère comme genre, même s’il y a, en arrière-plan, une analyse politique juste que je partage. Celui-là  est malgré tout, je dois l’admettre, formidablement écrit et construit.

Par contre – c’est obsessionnel, veuillez m’excuser - je ne suis pas d’accord avec la taille excessive du roman (550 pages) qui m’aurait sans doute enthousiasmé s’il avait fait 200 pages de moins.

 

P.S. : Prix polar Michel Lebrun, Grand Prix de l’Imaginaire 2005.

Tag(s) : #policier-noir

Partager cet article

Repost 0