Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

"La fête des moissons" de Kate Sedley

 

À maintes reprises, là-bas en Yozonie, je vous ai causé de cette collection "Grands Détectives", dirigée par Jean-Claude Zylberstein chez 10/18. J’y ai découvert plein d’auteurs de polars ethnologiqula-fete-des-moissons_couv.jpges ou historiques. C’est d’ailleurs devenu une tendance lourde du polar en série ces dernières années. J’y ai dévoré, il y a déjà une petite lurette, toutes les aventures du métis aborigène Napoléon Bonaparte d’Arthur Upfield et celles du fameux frère Cadfael d’Ellis Peters, entre autres. On y trouve aussi de prometteurs auteurs bien de chez nous.

Ce bouquin acheté au hasard est le onzième, semble-t-il, des enquêtes menées par un colporteur anglais du XVe siècle, Roger. Visiblement, le filon du polar historique n’est pas épuisé et le Moyen-Âge continue à être apprécié, en particulier sa misère et sa crasse si pittoresques.

Kate Sidley est plus jeune que Dame Ellis Peters parce qu’elle n’hésite pas à parler d’amour physique. En parler, hein, pas plus. Sinon, c’est une chrétienne convaincue, et la désertion (pour écoeurement devant l’abus d’atrocités) n’est pas digne d’un Anglais, non mais sans blague.

Le principal problème c’est que le lecteur a compris dès le tiers du livre qui est le meurtrier alors que le héros, grand, beau, fort et intelligent, continue à ne pas comprendre ce qui se passe. Ça fait une curieuse impression. Roger a bien des qualités mais reste quand même un homme, un gentil macho un peu benêt à qui sa femme doit ouvrir les yeux. Là aussi ça fait drôle, ce côté anti-héros qui ne donne pas l’impression d’être voulu. Vous avez droit aussi au petit chien tellement intelligent que Roger, qui n’en veut pas, l’adopte.

Bref, c’est quand même lisible (j’ai été au bout au cas où j’aurais mal deviné, mais non), il y a un poil d’humour (forcément, me direz-vous, c’est anglais) mais ça ne casse vraiment pas trois pattes à un canard, même anglais et moyenâgeux. Je m’abstiendrai donc des autres aventures de Roger.

Préférez toujours l’original à la copie, en l’occurrence Peters à Sedley.

Tag(s) : #policier-noir

Partager cet article

Repost 0