Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

"Jimmy the Kid" de Donald Westlake

 

Après les sombres lagunes des esprits en déliquescence et la vie intérieure d’un mangeur d’hommes, j’avais besoin d’autre chose, d’un peu de gaîté. Dans ces cas-là, hop, un Westlake. Ben j’n’ai p9782743613839.jpgas été déçu, dites donc. Je le suis très rarement avec Donald, et ne l’ai encore jamais été avec un Dortmunder.

Ah les aminches, quelle tranche de rigolade !

Celui-là est, en plus, une espèce de jeu de miroir entre le Donald rigolard et son pseudo le Richard Stark sérieux.

Avec l’ingénuité de Kelp, son pote de toujours (quoique…), l’amour que lui porte May avec sa clope au bec, la fidélité de Stan Murch le chauffeur, et même de sa M’man Church, taxi new-yorkaise, John Dortmunder se laisse entraîner dans un enlèvement, tel que décrit dans un bouquin de Stark.

Mais bien sûr que rien ne se passe comme cela devrait selon le plan du livre déniché par Kelp. Le gamin enlevé est un surdoué plus malin que tout le monde. Et son père est complètement à l’Ouest et impayable dans ses conversations d’avocat d’affaires. Et les flics et le FBI sont vraiment, profondément et intensément ridicules. Et je ne veux pas tout vous raconter. Et tout va finir dans une apothéose que vous ne pouvez pas imaginer.

Et que Donald Westlake manquera pour toujours à la littérature.

Parce que les intellos torturés c’est bien gentil mais la vraie vie est aussi dans l’humour vrai, au premier degré, brut de décoffrage.

J’ai encore les yeux mouillés. Merci pour toujours, Monsieur Westlake.


P.S.: Quelle chance j’ai, je n’ai pas encore tout lu de ce génie.

Tag(s) : #policier-noir

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :