Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

"Le monde englouti" de J.G. Ballard.

 

Folio SF republie en poche les bouquins sortis en Lunes d’Encre (Gallimard oblige). Là, il s’agit d’un classique des années 60 dans une nouvelle traduction de Michel Pagel.lemondeenglouti.gif

J’ai eu du mal au début et j’ai du m’accrocher. Parce que la nécessaire suspension d’incrédulité n’a pas été facile. Dans un futur proche, le Soleil est pris de convulsions et la Terre se réchauffe à toute vitesse. En quelques décennies la température monte, le niveau des océans aussi et les terres émergées se transforment en cloaques vaseux. Là où c’est difficile à admettre c’est que faune et flore mutent à toute vitesse pour retrouver les formes de vie du Trias, d’il y a deux cents millions d’années, avec les dinosaures représentés par des iguanes et des crocodiles géants.

Dans cet environnement improbable, on suit un biologiste qui subit, lui aussi ( !) une régression psycho-physiologique vers le Trias, quand les premier mammifères sont apparus. Les explications à base d’archéologie neuronique sont tout sauf crédibles.

Si on arrive à passer outre les explications vaseuses (c’est le cas de le dire) on peut considérer que ce type devient fou, comme le monde autour de lui, comme les rares humains qui l’entourent.

Ballard est un grand auteur qui, avec un style pourtant lourdingue qui regorge de termes savants ( ?), arrive à vous entraîner, avec ses descriptions échevelées et ses délires psycho-physio-psychanalytiques, dans son histoire de fin du monde vécue par un individu aux motivations incompréhensibles. Faut le faire.

Tag(s) : #science-fiction- Planète SF

Partager cet article

Repost 0