Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

"Bal de Givre à New-York " de Fabrice Colin.

 

Mais que suis-je donc allé faire dans cette galère ? J’avais pourtant suffisamment vomi sur le sous-genre de littérature jeunesse pour ne pas retomber dedans. Mais quand même, toujours à cause de cetteBal de givre... fabrice colin grandesortie janvier 2011 espèce de volonté de dépasser mes a priori, j’avais lu et trouvé chouettes le Vilà  et le Lenn , n’avais pas détesté les sœurs Wilcox et trouvé fort goûtu  "Or not to be", ces deux derniers du même Colin quoique dans des genres bien différents.

Alors je reçois ce bouquin-là et je le lis.

Je n’en dirai pas grand-chose. Ça commence par une première partie façon conte de fées où, dans un New-York amélioré un peu steampunk, une ado de 17 ans super riche et super belle tombe amoureuse d’un ado de 17 ans super riche et super beau. Pour la fille c’est crédible, pour le garçon pas, il en fait facilement 25. Puis, le monde autour de la fille-narratrice commence à se déliter et la fin, censée être une énorme surprise, on la voit arriver grosse comme un gratte-ciel. Sauf peut-être l’ultime révélation, qui me semble ressortir carrément du too much.

C’est écrit gros avec des phrases courtes et simples, parfois des adjectifs excessifs et des formulations étranges pour éviter les verbes communs (exemple : il était brun devient « ses cheveux arboraient une teinte corbeau »).

C’est de la romance pour gamines de 12 ans et, comme je suis un garçon et que j’ai dépassé les 60, ça ne peut pas fonctionner.

Je relirai du Colin, mais pour adultes.

Tag(s) : #fantastique

Partager cet article

Repost 0