Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

"Cleer" de L.L. Kloetzer

 

Encore un auteur francophone que je devrais connaître mais que pas ou si peu. J’ai lu, du temps où il se prénommait Laurent sans L., une bonne nouvelle dans les Horizons de la modernitude multi-dimensionnelle.

Il nous propdenoel-lunes10942-2010.jpgose là une drôle de SF, qui se passe aujourd’hui ou demain, dans un monde parallèle des hauteurs, qui coexiste avec le nôtre, celui du bas peuple. On y suit deux héros de la Cohésion Int erne, les Opérations Spéciales de la multinationale toute blanche qui dirige le monde. On partage leur parcours et leurs aventures, de Vinh un franco-vietnamien surdoué en sports de combat et en informatique et de Charlotte, très belle forcément et sportive et informaticienne mais en plus empathe, mentaliste, experte en psychotrucs.

Le flic méchant et le flic gentil oeuvrant ensemble pour le bien de leur boîte, "Cleer", pas forcément pour l’humanité. Le Vinh est froid, c’est un tueur, mais il est beau et surtout ambitieux. Charlotte est plus sympa, avec des éclairs de conscience écolo-sociologique.

C’est peut-être comme ça ou presque dans les grandes boîtes, l’auteur a l’air d’avoir un vécu de ce genre de trucs. Alors ça fait peur, d’autant plus qu’on y traite aussi de la Singularité mais celle où l’humain et la machine s’interpénètrent pour passer à autre chose. Il y a donc aussi de la métaphysique dedans, un peu, à la fin.

L’écriture est remarquable, elle vous entraîne dans ce roman à votre insu. Le monde de la comm, de l’entreprise et des DRH n’est pas plus ma tasse de thé que les séries hospitalières. Ça ne m’intéresse a priori pas. Or j’ai lu le truc jusqu’au bout des 350 pages. Donc l’auteur est un vraiment bon, même si j’ai un peu sauté des lignes à la fin.

La réalité de ces gens est tellement bizarre qu’on s’y intéresse malgré le héros antipathique et la philosophie ambiguë qui semble sourdre entre les lignes, que le futur n’est pas pour tout le monde, que l’idéal de pureté blanche peut être atteint par les moyens les moins éthiques, qu’il y a autant de portes de sortie que de personnages mais aussi que l’esprit humain est capable de grandes choses, aidé ou pas par la machine, qu’il peut imaginer et halluciner, faire des choix, et, peut être, en renonçant, être libre.


P.S. : Il y a des bizarreries dans la mise en page et la couverture qui vont sans doute avec la thématique du bouquin, mais je n’ai pas compris comment, inculte que j’suis.

Tag(s) : #science-fiction- Planète SF

Partager cet article

Repost 0