Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

"Eastwik", saison 1 et "Fringe", saison 2

 

Alors, braves gens aux yeux rouges de trop regarder les écrans – toute autre raison de non-blancheur immaculée de la sclérotique n’étant pas recevable –, il n’y a pas que les chaînes françaises pour bousiller les séries.

Je ne vais pas vous faire l’historique de ces attardés du ciboulot de chez nous qui modifient l’ordre des épisodes pour ne pas choquer les jeunes téléspectateurs après le JT et avant le dodo, mélangeant allègrement les saisons, comme si chaque épisode était indépendant. Non, ça fait longtemps que je ne regarde plus les séries anglo-saxones en horrible vf, à la traduction plus qu’approximative et dans le plus invraisemblable désordre, sur les chaînes franchouzes. Mon expérience à l’époque déjà lointaine de X-files fut douloureuse. J’ai tout revu en vo et dans l’ordre depuis, ça n’a pas grand-chose à voir.

Non, là je vous parle des séries américaines qui arrivent (disons en streaming encore légalement correct, d’accord ?) sur vos écrans plats quelques jours après leur diffusion sur le câble étatsunien. Et ben là non plus il n’y a aucune considération pour les mangeurs de pub à haute dose toutes les 7 minutes.

Deux séries que je trouve très bonnes et dont j’eus l’heur de vous causer tantôt se sont mises à me porter sur les nerfs et à me courir sur le haricot à un niveau qui méritait un billet. Faute de quoi quelques uns de mes plombs allaient sauter.

Eastwick d’abord, sympathieastwick.jpgque série remake du chouette film Les Sorcières d’Eastwick, lui-même tiré du roman de John Updike, a tout pour me satisfaire en série télé : action, mystère, humour et charme. Les trois héroïnes, blonde, brune et rousse, sont sympathiques, belles, drôles et parfaitement interprétées. Mais voilà que cette bonne série de divertissement, qui avait pourtant trouvé son public, avec un score d’audimat tout à fait honorable, n’est pas renouvelée par ABC, la chaîne productrice. Boum ! Déjà c’est pas cool car injustifié sur les critères habituels, mais en plus, alors que les 13 épisodes ont été tournés, la chaîne décide d’interrompre la diffusion. Ce qui fait qu’après l’épisode 10, qui se termine sur un cliffhanger où nos trois apprenties sorcières sont dans de sales draps, on passe à l’épisode 12, renuméroté 11, où on les retrouve guillerettes et on ne comprend rien de ce qui s’est passé pour en arriver là. Et pffuit, fini. Les Amerloques n’en verront jamais plus et pas la fin de la saison.

Ah les malfaisants d’ABC ! Il semble, à en croire les sites dédiés, que les Anglais auront droit à l’intégrale de cette unique saison. Possible, je l’espère, mais je n’ai pas trouvé confirmation.

Fringe ensuite, la série pré culte qui innove dès la saison 1 avec ses observateurs chauves et dont la saison 2 démarre sur les chapeaux de roue d’un univers parallèle efringe-season-2t du danger qu’il peut faire courir au nôtre. Mais il faut croire que, parce qu’ils ont été prolongés, les scénaristes aient besoin de trouver un nouveau souffle. Alors l’épisode 11 (là encore !) de la deuxième saison n’est pas du tout en continuité avec le 10. On voit réapparaître un type mort, et on apprend par la bande que cet épisode a été tourné pour la saison précédente, quand le type était vivant. Eh oui. Z’êtes pas contents les gens ? Tant pis, on vous enfume !

D’ailleurs cette deuxième saison de Fringe, qui démarrait passionnante, retombe dans ses travers façon mauvais côtés d’X-files. Dans l’épisode 12, nos trois enquêteurs préférés résolvent une énigme intéressante mais qui n’a rien à voir avec le fond de l’histoire. Il y a donc 2 épisodes de suite où rien n’avance sur la « mythologie », comme on dit dans les séries.

Voilà, les télés amerloques sont parfois aussi nulles que nos M6 et TF1. On ne peut pas dire que ça rassure, même si, au fond, tout ça n’a pas grande importance.

Tag(s) : #série télé

Partager cet article

Repost 0