Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

"La Brigade Chimérique" de Serge Lehman, Fabrice Colin, Gess et Céline Bessonneau


Alors, c’est rare mais c’est déjà arrivé par-ci par-là en Yozonie, je vais vous causer bédé, de celle qui fait grand bruit dans le Landerneau microcosmique sfffique, La Brigade Chimérique, déjà trois tomes parus sur six prévus, un des gros succès des Utopiales 2009.

J’ai donc lu lesLa-Brigade-Chimerique-1.jpg trois albums. Esthétiquement ça tient relativement la route, le graphisme art déco de la couv’ colle bien à l’époque, le dessinateur Gess est plutôt bon sans être génial et fait de gros efforts de mise en page. Le format 15 x 26,5  des comic-books ne l’avantage pas et on a du mal à lire les bulles. Il y a des effets sur le noir de chez noir avec le Nyctalope et les souvenirs de Séverac en noir et blanc. La femme censée être super belle, George comme Sand, est assez moche et habillée en homme (voir la couv’ du tome II).

Pour le scénario ils s’y sont mis à deux : Serge Lehman, anthologiste et historiographe diplômé en SFitude et merveilleux scientifique, auteur de nouvelles, et Fabrice Colin, le touche-à-tout à l’imagination fertile dont j’ai eu l’heur de vous entretenir ici ou . L’idée est de ré inventer une mythologie de superhéros européens, à l’instar des Amerloques. C’est donc une Europe uchronique, juste avant la seconde guerre, où des mutants, créés par les gaz de 14-18, et rafistolés par la radioactivité qui fait du bien de Marie Curie, ont pris le pouvoir comme protecteurs des principales villes. Enfin, c’est surtout à Paris que ça se passe mais le méchant est teuton, c’est le docteur M comme Mabuse, associé brigadechimerique2-2009.jpgà l’italien Gog et à La Phalange espagnole (nous sommes en 1939, suivez mon regard).

Le démarrage est un peu confus, comme souvent les mises en place plus ou moins elliptiques, et met l’accent sur Mabuse, les Nous Autres (des russes) et d’autres dont on n’entend plus trop parler par la suite. Ils reviendront peut-être dans les tomes restants. On voit aussi, et on se demande bien pourquoi, le détective Harry Dickson. Après aussi il y a pas mal de références pas forcément utiles au récit et qui m’ont fait penser à de la culture-confiture (Nietzsche, Céline, Breton, Daumal). Le cas de Jung est différent et fait sens.

Progressivement on commence à comprendre. Il y a deux groupes de superhéros qui se tirent la bourre pour être le protecteur de Paris. D’un côté le Nyctalope et ses alliés, dont le passe-muraille. De l’autre côté la fille de Marie Curie, Irène et son mari Frédéric Joliot, les rois du radium aidés par le Docteur Séverac, rescapé des tranchées et qui a créé par la pensée (pendant qu’il était dans le coma soigné par Marie Curie) la fameuse brigade chimérique :un squelette qui dessèche tout vivant, un ours brun trop costaud, une Matricia qui accélère les métabolismes et un ange avec une épée de feu. Ces avatars de Séverac vont sauver Paris de trucs impossibles dont un homme élastique et un extra-terrestre électrique gentil. Entre les deux groupes voyage la prétendue belle George amie des surréalibrigadechimerique3-2009.jpgstes, et d’autres dont le rôle se révèlera sans doute sur la fin.

Que dire ? C’est une idée qu’elle est bonne mais dont le traitement est un peu lourd, trop sérieux (à moins que, comme d’habitude, je ne comprenne pas le second degré du grand n’importe quoi guignol). Avec cette série, il y a peu de risques ni de révolutionner la bande dessinée ni de créer une mythologie franchouillarde de superhéros improbables. L’utilisation de noms connus comme Mabuse, Harry Dickson, le passe muraille, etc. me semble même contre-productif quant à l’ambition affichée.

Mais j’ai l’habitude de me tromper et de ne rien comprendre à ce qui fait un succès. Le présent cas de figure est celui, classique, où les nombreuses références à d’autres choses font que le lecteur se sent intelligent et cultivé.

Sinon ça rebondit sans arrêt avec des couches supplémentaires de personnages et d’intrigues et c’est donc, dans son genre, assez réussi.

 

 

 

 

Tag(s) : #bande dessinée

Partager cet article

Repost 0