Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

"Dérobade" de Jess Kaan


 

Et bien, ô estimés lecteurs et douces lectrices, le vieux ronchon de Bademoude va dire du bien aujourd’hui. Profitez, c’est pas tous les jours et, promis, ça ne risque pas de devenir une habitude. Et puis je ne peux pas le faire sans  y mettre des bémols.

Au cours d’un passage chez le Gib du boul’ Mich’, je dégotte un bouquin, soldé mais propre, d’un auteur français peu connu (de moi en tous cas)  Jess Kaan, un mec qui a (à l’époque en 2004) surtout publié dans des fanzines et des anthos chez des petits éditeurs comme l’Oxymore. C’est un recueil de nouvelles fantastiques. J’aime le fantastique mais pas trop les recueils de nouvelles. Soit c’est plein d’auteurs qui écrivent sur un thème, et ça me fatigue de changer de style et d’ambiance toutes les 20 pages, soit comme ici c’est plein d’histoires sans rapport les unes avec les autres mais il y a au moins une unité, l’imagination de l’auteur.

Il en a de l’imagination, le Jess, et il traite de plein de choses assez différentes. Il y a des histoires de pure horreur comme cette maison qui mange les gens (Dionée) ou cette forêt hostile (Dérobade). Il y a de la fantasy urbaine débridée et déjantée (An Urban and Modern Faery Tale – enfin presque) avec les descendantes de Perrault, Grimm et Andersen. Bon là il faut connaître tous ces contes par cœur pour tout suivre et c’est un peu lourd, mais c’est comique et gentiment irrespectueux pour la religion chrétienne. Il y a encore un Londres parallèle (London Calling), avec une ambiance et des personnages formidables, qui malheureusement se finit en eau de boudin punk; une Venise parallèle aussi (Bloody Venise) particulièrement horrible mais où la tension subsiste jusqu’au bout; une histoire de chat comme on en lit peu (Katzenstreu) et d’autres plus politiques comme Iliana Letchawa 2037-2070 inutilement bavarde et peu à mon goût ou Rustbelt, beaucoup plus forte et convaincante.

Le recueil se termine sur la nouvelle que j’ai préférée Le Bayou, la conversion d’un avocat d’affaires en défenseur de la Nature, très réussie.

Voilà, comme d’hab’ avec les recueils, il y a à boire et à manger mais dans ce cas on a surtout l’impression d’assister à la naissance d’un écrivain français de fantastique qui devrait tracer sa route si les gros cochons d’éditeurs ne le mangent pas et veulent bien s’y intéresser.

Ben c’est pas tellement le cas, hein. J’ai été voir sa page sur wiki : depuis ce bouquin en 2004, des nouvelles en France et à l’étranger, et un roman de SF chez Éons en 2007 que je tenterai à l’occasion.

 

 

Tag(s) : #fantastique

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :