Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Warehouse 13, saison 1

 


En voilà une nouvelle série de Syfy qu’elle est bonne !

Deux agents des services secrets états-uniens occupés à protéger leur président sont recrutés par une dame entre deux âges Mrs. Frederic (C. C. H. Pounder), plus vieille qu’il n’y paraît, pour intégrer un service encore plus secret qui s’occupe de Warehouse 13. Cet immense entrepôt perdu au milieu de nulle part en Dakota du Sud a été construit parThomas Edison, Nikola Tesla et MC Escher en 1914 pour garder hors de portée du commun des mortels des « artefacts », objets de pouvoir capables de choses extraordinaires. Il y en a des paquets et une page wiki leur est consacrée.

Nos deux héros, Myka Bering [troisième en partant de la gauche sur la photo] (Joanne Kelly), une grande brune plutôt cultivée, rationaliste et avec un sens aigu de l’observation et Peter Lattimer [cinquième] (Eddie McClintock),un beau gars costaud qui marche à l’intuition, ne s’entendent pas mais sont complémentaires et vont finir par s’apprécier (forcément, hein, c’est une série télé). Leur mission sera de récupérer les artefacts qui traînent encore dans le monde et les ramener à l’entrepôt où ils seront rendus inoffensifs, dûment étiquetés et rangés.

C’est Arthur "Artie" Nielsen [deuxième] (Saul Rubinek), leur chef, qui gère l’entrepôt, repère les artefacts par leurs manifestations et les envoie les chercher. Ce type a un physique de rondouillard, un drôle de sens de l’humour et est incroyablement savant.

Chaque épisode concerne la récupération d’un artefact et, au cours de la saison, d’autres trames se construisent entre les agents et leur passé (celui de Artie est particulièrement obscur) et la révélation progressive de l’histoire récente de l’entrepôt.

Ils recrutent une très jeune femme surdouée de l’informatique, Claudia Donovan [première à gauche] (Allison Scagliotti), et affrontent en fin de saison James MacPherson (Roger Rees), ancien agent de Warehouse 13, ex-collègue et ami d’Artie devenu leur ennemi à tous. Et ce méchant dispose d’un complice dans l’équipe. Serait-ce Claudia la punkette ou Leena [quatrième] (Genelle Williams) qui loge l’équipe dans sa maison et sait lire les auras des gens ?

La série est originale - c’est mon avis et je le partage, n’écoutez pas le blogueur en séries du Monde, il ne comprend rien à la SF -, les personnages sympathiques, le décor de l’entrepôt et son fonctionnement (à l’aide d’artefacts) sont impressionnants et rigolos. Toutes les technologies utilisées, et même l’informatique ou le visiophone, ont été inventées au début du XXe siècle et sont mises en œuvre avec des cadrans et des tubulures très steampunk dans la forme et l’esprit. C'est léger, drôle et très second degré par ses multiples références.

Quand on compare à une autre série Syfy comme Eureka, qui tourne en rond et dans le vide au cours de sa troisième saison, on attend avec impatience la deuxième saison de Warehouse 13. Parce que, comme il se doit, l’épisode final (numéroté 12, le pilote étant double) se finit par un cliffhanger terrible où on voit mourir Artie. Non ? Si, mais bon…

Tag(s) : #série télé

Partager cet article

Repost 0