Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

True Blood, saison 2

 

Ben les aminches (et les autres), en voilà une série qu’elle est bien. Après une première saison qui avait, à juste titre, enthousiasmé les foules, la deuxième se révèle de toute aussi bonne qualité. Parce qu’il y a série de vampire et série de vampire, hein, pour ados ("Twilight" et "The Vampire Diaries") ou pour grands (comme celle-là).

Au Royaume-Uni et aux Etats-Unis, il y a des gens qui savent faire des séries prenantes, avec plein de petites histoires qui donnent un ton, une ambiance, quelques lignes narratives qui se prolongent pendant les 12 épisodes, et une principale qui trouve son dénouement, alors que de nouvelles émergent pour relancer l’impatience de voir la saison suivante.

Débutée en fin de saison 1, la conversion de Jason Stackhouse à une église anti-vampire prend des allures tragi-comiques dans la saison 2 où les scénaristes ne se gênent pas pour brocarder cette spécificité américaine. Il faut dire qu’il est con, le Jason, mais il est beau gosse et il adore sa petite sœur. Alors faut pas lui titiller les hormones ni toucher à Sookie.

Celle qui lit dans les pensées est partie à Dallas enquêter avec son Bill sur la disparition d’un shérif vampire. Celui-là, le faiseur du bel Eric, est très vieux donc très puissant mais c’est aussi un philosophe qui comprend les humains et est fatigué des conflits. Et sa disparition est le fait de l’église à laquelle a adhéré Jason. Et voilà en plus qu’ils enlèvent Sookie pendant que Bill est coincé par sa faiseuse toujours amoureuse. C’est compliqué les relations vampiriques.

Nos héros se retrouvent dans des situations inextricables, des fins d’épisodes en cliffhanger de la mort qui tue (notez l’humour subtil de circonstance, merci), mais puisque ce sont des héros…

Une fois terminée la sombre histoire un peu triste de Dallas, Bill, Sookie et Jason retournent à Bon Temps. Mais ils ne reconnaissent plus leur petite ville, peuplée de zombies aux yeux noirs adorateurs d’un dieu taureau, ni la maison des Stackhouse, squattée par la ménade. Oui c’est nouveau, une ancienne prêtresse de Dionysos, qui parle grec, a envoûté tout le monde et pratique des sacrifices humains lors de bacchanales orgiaques (c’est une série HBO pour adultes, comme vous savez). Elle fait même des soufflés au cœur humain !

Encore une fois la tension est à son comble. Comment tous ces gens vont-ils s’en sortir ? Sera-ce grâce aux deux courageux imbéciles (Jason et Andy) ou grâce aux non-humains (Bill le vampire, Sam le change-forme et la télépathe Sookie) ?

Et pendant ce temps-là, la reine des vampires joue aux dés avec la vie des humains et celle de ses sujets…

Une excellente série télé de divertissement avec, à mon goût, un peu trop de gore au début et un peu beaucoup de sentimentalisme dégoulinant tout le temps, mais avec de l’humour, ingrédient indispensable, et des portraits à l’acide sur les relations humaines dans l’Amérique profonde.

Tag(s) : #série télé

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :